La secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, a demandé fin février aux enseignes de la restauration rapide de lui envoyer un plan concret de gestion de leurs déchets d’ici à la fin du mois de mars.


Voici les points principaux du plan que nous lui avons fait parvenir :


1. Rappel sur notre démarche écoresponsable :


a. Eco-conception des emballages : nous avons réduit, entre 2013 et 2015, l’impact carbone de nos emballages de -28,7% grâce à de multiples chantiers d’éco-conception (dont notamment l’utilisation de bols en plastique pour nos salades comprenant 80% de RPET, assiettes et bols de nos plats à réchauffer en bagasse, compensation carbone de nos couverts en plastique). Plus récemment, nous avons élargi l’utilisation de la bagasse à nos entrées froides, remplacé nos pailles en plastique par des pailles en carton (fin 2018) et nos couverts en plastique par des couverts en bois FSC (début 2019). Nous poursuivons nos efforts pour continuer à améliorer nos contenants, qu’ils soient en plastique, en carton ou en bois.


b. Tri des déchets en salle : nos restaurants de centre-ville sont tous équipés de poubelles de tri en salle. Nous avons également mené des tests en salle pour inciter nos clients à trier en amont les déchets organiques. Ces tests ont montré que nous avions très peu de déchets organiques (<10t par an / restaurant) et que nos clients peinaient à trier leurs rares restes alimentaires en salle.


c. Invendus : nous sommes partenaires de TooGoodtoGo afin de limiter nos invendus et de plusieurs associations à qui nous donnons ces invendus, dès que possible. Un système de centralisation de la collecte est en cours de finalisation à Paris sur ce point.


d. Sensibilisation au gaspillage alimentaire : nous menons chaque année des campagnes de sensibilisation au gaspillage alimentaire et à la solidarité envers les personnes en situation de précarité (glanage solidaire, soupe solidaire, café suspendu).


2. Flux des déchets au sein de nos restaurants :


I. Pour les restaurants de centre-ville (hors gares et centres commerciaux pour lesquels des flux spécifiques de déchets sont mis en place par les gestionnaires de sites, au cas par cas) :


a. Les déchets d’emballages collectés en salle :

  • i. Bouteilles en plastique, cannettes en aluminium, verre (bouteilles de boisson, bière, vin, pots de yaourt) sont triés par nos clients via des meubles / réceptacles dédiés.
  • ii. A Paris, nous avons depuis le 1er décembre 2018 opté pour un système de collecte privée avec la société Ecodrop qui assure dorénavant avec la société Privacia la gestion de nos déchets d’emballages pour 16 de nos 20 restaurants parisiens (c’est-à-dire les restaurants dont nous maîtrisons la collecte des déchets ; cfr. supra). Ces déchets sont désormais tous retriés et préparés pour la revalorisation.
  • iii. A Lyon, nous avons également choisi un partenaire local répondant à nos attentes et valeurs pour notre restaurant de centre-ville, la société Rhône Environnement.
  • iv. Ces sociétés collectent également les cartons à plat de nos fournisseurs (back-office).
  • v. Papier / Carton (barquettes, raviers), Bois (raviers et couverts en bois FSC), bols en plastique de nos salades ne sont pas encore triés en aval par nos partenaires privés et leurs prestataires. Pour ces derniers, nous allons modifier nos meubles de tri et nos consignes (notamment à Paris où tous les plastiques sont, depuis le 1er janvier, éligibles au tri) pour permettre à nos clients de les trier également. Pour ce qui est du bois, nous allons mettre en place une filière spécifique. Nous travaillons actuellement en ce sens et avons bon espoir de terminer la mise en place de ces optimisations d’ici fin août 2019.


b. Les emballages destinés à la vente à emporter : nous sommes adhérents à CITEO, l’éco-organisme chargé de développer les filières de tri, au titre de la Responsabilité Elargie du Producteur. Nous cotisons à cet organisme pour aider au financement de la collecte et de la valorisation des déchets émis par les particuliers (dont nos emballages emportés font partie).


3. Flux des déchets en aéroports : ces points de vente sont gérés via des concessionnaires, eux-mêmes tributaires des infrastructures mises à leur disposition par les concédants aéroportuaires.

Aéroports de Paris est déjà partenaire de CITEO et, à ce titre, toutes les aérogares de l’aéroport de Roissy CDG sont équipées du tri (Bouteilles en plastique, cannettes en aluminium, Verre). Nous travaillons actuellement avec nos partenaires en franchise pour déployer ce tri dans nos restaurants. Ce déploiement devrait être opérationnel dans les 12 prochains mois. Pour l’aéroport d’Orly, ces facilités de tri ne sont pas encore opérationnelles et nous n’avons pas de vue sur le calendrier de déploiement à ce stade.
Comme vous pouvez le voir, nous n’avons jamais ménagé nos efforts pour que nos établissements respectent tous, dans les meilleurs délais, les différentes règlementations complexes auxquels ils sont soumis.


Nous sommes plus que jamais déterminés à prendre les mesures évolutives nécessaires pour réduire à la source les déchets générés par notre activité, faciliter la mise en oeuvre du tri et leur valorisation et éviter le gaspillage alimentaire.
Nous avons par ailleurs toujours souhaité innover dans nos restaurants sur les questions écologiques, de tri et de recyclage qui constituent des éléments fondateurs de notre concept.


Avec cette philosophie qui a toujours été la nôtre, nous nous réjouissons de l’évolution actuelle des mentalités et souhaitons poursuivre le mouvement en améliorant encore notre organisation, tout en étant conscients toutefois que la mise en place de nouvelles procédures prend un temps certain d’étude et d’implémentation pour être efficace et pérenne.